Pour partager nos expérience sur la grossesse et l'accouchement

25 novembre 2011

la naissance de Gabriel

Samedi 5 novembre :
afin de déclencher l’accouchement, je me lance dans le ménage et le repassage. Je me dis que si tout est prêt, cela lui donnera envie de pointer le bout de son nez !
Le papa (Nicolas) a une meilleure idée : faire une balade de plus de 2 km dans la campagne. Vers 17h30, après un avoir marché pendant un peu plus d’une heure, nous sommes de retour. Je suis tellement fatiguée, que je m’endors de 20h à 22h. Puis, impossible de dormir (tout comme les nuits précédentes). Alors, je regarde la télé tout en tricotant jusqu’à presque 3 heures du matin.

Dimanche 6 novembre :
à partir de 3 heures du matin, j’ai de drôle de sensations. Je ne dors quasiment pas de la nuit.
Vers 7h00, Nicolas se lève car il a des choses à faire à l’extérieur de la maison. Je lui demande de faire vite car je ne suis pas en forme.
Vers 9h00 : les contractions ont commencé mais ne sont pas régulières. Je me demande si mon bout’chou arrive mais reste très calme. Je me lève doucement, prend une douche, me fait un brushing.
Nous décidons de nous rendre chez ma maman qui habite à quelques minutes de la maternité et qui a pour mission de garder Angélina. Mais là, petite déception, la voiture stoppe les contractions.
Vers 13h00, je commence à être fatiguée et décide de m’allonger. Je me dis que même si je ne dors pas, il faut que je me repose. On ne sait jamais !
Vers 16h00 : les contractions reprennent. Angélina s’amuse à crier « contraction » à chaque fois que j’en ai une !
17h00 : nous commençons à noter les contractions. Elles s’accélèrent, se rapprochent puis ralentissent. Mais elles deviennent de plus en plus intenses. Je suis toujours aussi calme et détendue. Ma maman n’en revient pas !
20h30 : nous avons décidé de passer la soirée chez ma maman. Angélina va aller se coucher et nous, nous allons nous installer devant la télé pour regarder « Batman ».
Mais à 20h50, je perds du sang et nous nous rendons à la maternité.
21h00 : arrivée à la mater et prise en charge par Quaïs. L’examen gynécologique révèle que mon col est en travail ; d’où les saignements. Je peux accoucher aujourd’hui ou non ! Je reste sous monitoring pendant 30 min en salle d’examen pour évaluer les contractions. En prévision de la péridurale, il me fait une prise de sang.
21h45 : la décision est prise que je dois rester à la maternité pendant 1h30 pour voir l’évolution des contractions car pour le moment, elles sont régulières mais pas très fortes. Je passe en salle de travail et peut faire ce que je veux pendant ce laps de temps. Nous décidons d’en profiter pour regarder la télé qui se trouve dans le petit salon à quelques mètres de la chambre. Nico est ravi car il va pouvoir regarder « Batman » … mais surprise, la télé est bloquée sur Guli !! Alors, je décide qu’on aille se balader devant la maternité. La balade sera de courte durée car les contractions commencent à se faire sentir !!
23h15 : pas de retour de Quaïs et je commence à avoir mal.
Je sonne une première fois. Elodie arrive et me propose le ballon pour me soulager. Cela fait du bien mais pas très longtemps.
Je sonne une deuxième fois car je me demande si j’aurai ma péridurale !! Arrivée d’Elodie qui m’explique qu’il y a une urgence, que toute l’équipe est monopolisée et que si je devais avoir une péridurale rapidement, cela serait impossible. Je commence à m’inquiéter et les larmes montent.

Lundi 7 novembre :
vers 1h30 : visite d’une autre intervenante de l’équipe médicale qui me prévient que Quaïs a bientôt terminé et qu’il arrive. Elle me remet sous monitoring.
1h50 : Quaïs arrive et me demande s’il a le temps de prendre une petite pause en plaisantant !! Mais moi, je lui réponds que j’ai mal et que je veux ma péridurale !!!
Après un examen, direction la salle d’accouchement car tout s’est accéléré et le col est dilaté à 8. Il est temps de faire la péridurale.
2h00 : arrivée de l’anesthésiste. Il était temps car il pense que la péridurale n’aura peut-être pas le temps de faire effet. Je me rallonge et là, je me sens mal. Je commence à avoir envie de vomir et devient toute blanche. Mais, je me remets vite.
Après 30 minutes pour poser la péridurale, l’anesthésiste (Ali) me prévient qu’elle commence à faire effet mais qu’il faut attendre encore 30 min pour qu’elle me soulage. Tout est programmé pour 1h30 et ensuite, ce sera à moi de déclencher la dose grâce à la pompe que je garde précieusement en main !
Mais, grande chance pour moi, je fais partie des personnes sensibles et la péridurale me soulage immédiatement.
On surveille le cœur de Gabriel car il n’aime pas les contractions.
2h30 : je suis bien et demande à Quaïs quand il pense que je vais accoucher. Il me dit entre 2 et 6 h, tout dépend de la poche des eaux et que lui ne la percera pas car il préfère que tout se fasse naturellement. Il plaisante et nous dit qu’en attendant, il va aller manger !
2h40 : aussitôt dit, aussitôt fait, la poche des eaux se rompt. Nous appelons et Elodie arrive. Elle confirme que c’est bien la poche des eaux. Maintenant, il nous reste plus qu’à attendre … mais pas longtemps. Car à peine 5 minutes plus tard, je sens la tête arrivée. Nico sort de la salle d’accouchement pour aller chercher quelqu’un. Elodie arrive, regarde et confirme. Elle appelle tout de suite Quaïs qui me dit qu’il n’a pas eu le temps de manger et que bébé a beaucoup de cheveux !! Tout le monde est étonné de la vitesse à laquelle Gabriel arrive.
Il est temps de s’installer et de pousser. Au début, je n’y arrive pas. Certainement dû au fait que nous sommes en pleine nuit, que je suis fatiguée et que la péridurale est très efficace !!
Et puis, après avoir été très bien conseillée, c’est parti. Je suis super opérationnelle et à 3h20, Gabriel nait.
A la seconde où je le vois, mon cœur fond et les larmes montent. Tout comme pour Angélina, mes premiers mots sont « il est magnifique ». Lorsqu’Angélina verra son frère pour la première fois, elle dira « oh ! il est trop mignon ! ».
Quelques instants plus tard, l’anesthésiste revient et demande si la péridurale fait effet, si je vais bien et s’il peut aller se reposer. Quaïs lui répond que tout va bien et que le bébé est déjà né. Il n’en revient pas.
Conclusion de l’équipe : je suis faite pour avoir des enfants et elle est toujours étonnée de la vitesse à laquelle tout s’est accéléré.

Je garde de mon accouchement un merveilleux souvenir grâce à cette formidable équipe. Je ne pourrai jamais assez remercier Quaïs, Elodie, Sophie et Ali.
Je dois avouer que j’ai toujours eu un doute sur la compétence d’un homme en tant que sage-femme. Mais, là, je suis bluffée. Quaïs a été tout simplement parfait ; rassurant, compétent, adorable, il a vraiment trouvé sa voie.
Alors, si dans quelques années, je devais avoir un autre enfant, j’espère bien que ce sera lui qui sera présent !

Leslie

Posté par aufildesjours à 18:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

29 novembre 2010

pour amener votre contribution à ce site

Si vous souhaitez partager votre expérience de grossesse ou de naissance, il vous suffit d'envoyez votre texte par mail en cliquant sur "contacter l'auteur".

Mais comment ça va se passer le jour où mon bébé va arriver ?
On ne peut jamais vraiment le savoir !
Par contre on peut transmettre son experience pour montrer qu'il y a pleins de façons de mettre un enfant au monde et de preparer sa venue. Cela reste la plupart du temps un moment complètement imprévisible, mais pas de panique, vous n'etes pas la première...

Posté par aufildesjours à 23:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 mars 2010

Il y a presque 21 mois...

Déja Maman de deux grandes filles de 11 et 12 ans, après avoir perdu mon premier petit garçon à la naissance et avoir eu de graves complications après la naissance de ma seconde fille, je pensais ne plus avoir jamais la chance de donner la vie à nouveau.
Mais la nature en a décidé autrement...

En Septembre 2007, une petite surprise, une grossesse non prévue mais quelle belle surprise... je me suis rapprochée du CHR afin d'avoir un avis sur cette grossesse par un spécialiste... qui me dit tout simplement "si vous étiez ma femme je vous dirais 'allons-y' c'est jouable, bien sûr pas sans risque, mais avec une surveillance très pointue, on peut mener cette grossesse à terme". Malheureusement cette grossesse a dû être interrompue car non évolutive... Mais le désir que j'avais enfoui avec ce début de grossesse est revenu à la surface... Alors nous avons décidé de tenter à nouveau...

Je savais que ce bébé n'irait pas au delà de la 34 ème semaine de grossesse. Je suis rentrée à la maternité pour une semaine de surveillance de fin de grossesse avant cette naissance tant attendue. Contrairement à mes deux filles qui sont nées par césarienne sous anesthésie générale, on m'a proposé une anesthésie locale, pour pouvoir mieux "accueillir" mon bébé... Alors un matin, je suis descendue, effrayée car je savais les risques que je prenais et j'avais peur pour mes filles, mais si heureuse...

Quelques instants plus tard j'entendais son premier cri, c'est le seul cri de nouveau né que j'ai pu entendre, c'était magique... Malheureusement très vite on me l'a montré, laissé embrasser furtivement puis emmené car sa prématurité avait provoqué des complications pulmonaires, une maladie des membranes hyalines...
7 jours en soins intensifs puis 3 semaines en chambre mère-enfant avec des soins plus légers, nous deux, rien que nous deux, avec la visite de ton papa, de tes grandes soeurs, puis petit à petit de toute ta famille...

Un lien qui jamais ne se défera... je t'ai allaité dès que j'ai pu (tout petit cela n'était pas possible mais je tirais mon lait) et aujourd'hui quel plaisir de continuer cet allaitement...
Mon tout petit, mon petit, mon amour de petit garçon GABIN...
Mon amour pour toujours...

Magali
gabin

Posté par aufildesjours à 00:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 février 2010

Celle qui a fait de moi une maman

Je devais accoucher le 27 octobre, mais arrivé le 27 rien, le 28 rien... Jamais une contraction rien du tout. Mon bébé surprise ne semble pas pressé de venir au monde... Le 29 la journée la plus longue de ma vie. Toujours pas de signe d'accouchement, et des coups de téléphone oppressants auxquels on me renvoie un "ha t'es là" déçu quand je réponds...

Le soir venu le futur Papa et moi allons faire du shopping, un dernier passage par les caisses prioritaires. Une soirée en tête à tête avec le papa, nous expliquons à notre bébé que nous sommes prêts à l'accueillir, mais qu'il faut qu'il vienne vite et avant le 1er novembre, sinon les médecins vont être obligés de le forcer à venir. Ce que personne ne souhaite, moi la première.

Et le 30 au matin, à 5h, je me réveille avec un mal de dos atroce et régulier. Ce serait donc ça les contractions ??? J'attends un peu puis prend un bain. ça passe. Fausse alerte donc. Dommage....
A 9h comme tout les jours je dois me rendre à la maternité pour un monitoring, le papa m'accompagne avec le petit sac "au cas où".
Là examen, le verdict contactions mais pas efficace, la solution aller marcher 2heures et voir comment cela évolue. Alors le papa et moi allons faire un tour aux Puces, désertes car fermées le mardi... Retour midi après avoir fait le tour du quartier en long en large : contractions plus intenses et régulières mais col à 1. La SF envisage de me renvoyer chez moi, ce qui ne me plaît pas trop. Je sens bien que ça vient !!!!

Et d'un coup vers 14h je commence à vraiment souffrir alors ils décident de me garder. Je monte direct en salle de travail pour y passer la pire heure de ma vie. Les contractions me font hurler de douleur, j'ai mal au dos et juste au dos, je pleure je suis à bout de forces. La pose de la péri n'est pas envisageable car le travail n'est pas assez avancé...
J'insiste (et hurle aussi un peu) et finalement à 16h ils me la posent. Le sage-femme qui m'accompagne me dit de serrer fort sa main. Je lui réponds méchamment que JAMAIS il ne saura ce que je ressens.

Ensuite ce n'est que du bonheur, je sens tout sauf la douleur. Le travail avance doucement. A 20h dilatation complète. A chaque contraction je sens bébé qui s'engage. Peu avant 22h le SF me dit de pousser. Hop 4 poussées et mon bébé est enfin là. On me le pose sur moi et avec le papa nous allons enfin savoir qui se cachait dans mon ventre. Je soulève mon bébé et je vérifie par moi même, tellement émue que j'ai un doute !!!! Je repose ma fille sur moi, nous échangeons notre premier regard, je plonge dans ses yeux bleus. Lorsque je quitterai son regard je serai une maman, SA maman, et elle ma fille....

Elle part prendre son bain avec Papa. Quand il revient je suis émue de le voir avec ma fille, il me la pose sur le sein, elle me regarde et commence à têter d'elle-même. Et là mes premières larmes coulent....
Je l'aime déjà d'un amour fou. Et je sais désormais que ma vie ne sera plus la même, elle est mon tout, elle est mon tout petit bébé, elle est ma fille à moi.

Blandine

Posté par aufildesjours à 22:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 février 2010

la brève

Avec tout ça je viens de réaliser que je n'avais pas dévoilé ici le nom des 3 mamans tirées au sort parmis vos témoignages et personne ne m'a rappelé a l'ordre !

il s'agit de angelina * ma grande bussiere * elodie (pas de blog)
Vos petits cadeaux sont en cours de création !

Encore une fois merci à toutes pour m'avoir permis de lancer ce blog.
J'espère que cela ne va pas s'arrêter là et que vous serez nombreuses encore à envoyer vos témoignages ! A toutes les lectrices de passage, n'hésitez pas à nous faire partager un instant de vie...

à bientôt

Posté par aufildesjours à 23:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

28 janvier 2010

Atypique

TOUT d’abord, on devrait mieux se préparer à être une mère….parce quelque soit notre capacité à l’être,  nous serons fatalement déçue, incapable, dépourvue de tout, dépassée par trop, mais encore plus que tout, SOUS LE CHARME de ce petit bout qui vient de nous !

Je suis enceinte de mon deuxième enfant, un garçon, Marcel il se nomme. Ma première, Maggie a bientôt 4 ans, elle est le fruit d’une belle union et d’une longue attente…mais sans un papa, c’est moyennement facile !!

Comme vous toutes ou presque ma grossesse aura duré 9 mois, 9 longs mois de nausées, de vomissements, le plus c’est qu’au final, je pesais 3 kilos de moins qu’avant de tomber enceinte !!! OUI-OUI c’est possible !

Je dois le dire je suis un peu conservatrice en matière d’accouchement….je ne voulais ni péridurale, ni traitement qui puisse altérer ma sensibilité, je voulais tout sentir dans les moindre détails….ma prépa à l’accouchement fut incroyable ! Une grande source de connaissance sur mon corps et celui de mon bébé.  Alors j’ai suivi scrupuleusement les conseils reçus. La nuit précédent l’accouchement fut longue….douloureuse, mais je savais que ces douleurs me rapprochaient de ma fille, alors j’ai tenu le coup ! Sur la table d’accouchement rien ne fût plus agréable de toute ma vie que de crier son nom et de la recevoir sur mon corps toute chaude et humide…..quelle joie, quelle délivrance !

Elle était là, enfin là !

J’ai ensuite eu le bonheur de l’allaiter pendant plus de deux ans…le tout à la carte, à la demande, le jour, la nuit, dans la rue, dans un super marché etc.….

Tout cela n’a pu fonctionner, que parce que j’ai été bien plus qu’épaulée, et longuement sensibilisée aux besoins de mon enfant…du sacrifice, de la patience, de la volonté, et une intime conviction sur l’importance d’être une mère  « atypique ». Oui je me suis sentie  incomprise, parfois perdue et souvent jugée ! Mais NOUS savions ce que nous voulions et comment nous désirions le vivre !

Amelie

- Préparation à l’accouchement : Sages femmes, Blagnac 31, prêt du château d’eau
- Accouchement :  Purpan
- Allaitement : LLL-leche league…leur bouquin est fantastique « l’allaitement maternel »
- Quelques bouquins : « tout se joue avant l’âge de 6 ans », « aimer sans tout permettre » de fitzhugh dodson -« pleurs et colères » d’aletha solter - « être parent le jour…et la nuit aussi » de william sears.

Posté par aufildesjours à 22:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Bébé miracle

3 ans d'attente. Une éternité pour moi...

Une fausse couche à 4,5 mois de grossesse suivi d'une dépression. Des traitements hormonaux, un suivi en PMA, une insémination programmée. Pour la première fois de ma vie j'attends avec impatience mes règles pour fixer la date de ma première insémination. Rien n'arrive. Tous les mois, j'avais les symptômes d'une femme enceinte à cause de problèmes hormonaux. Chaque mois je croyais être enceinte, chaque mois c'était la déception.

Cette fois, je ne me fais plus d'illusions. On est à 1 an et un mois du début de ma première grossesse. Au bout de 3 semaines de retard, je me décide enfin à faire un test. Il est +++. C'est le bonheur mais vite suivi de l'angoisse de le perdre encore. je commence à profiter enfin de cette grossesse à mon 8ème mois. Tout va bien.

10 jours avant le terme, je perds les eaux dans la nuit. On prend notre temps et on n'arrive qu'au petit matin à la clinique. Pas de contractions. BB va bien. 2 jours d'attente et finalement on me déclenche l'accouchement.

Accouchement long et difficile car j'ai fait beaucoup d'équitation et mon périnée est très musclé. Il arrive enfin. Je lui touche la tête. Je me sens à ce moment là une maman à part entière. Mes craintes et mes doutes s'envolent. Je n'ai jamais été aussi heureuse. Le papa connait enfin le sexe du BB que je lui ai caché à sa demande. C'est un magnifique garçon.
Je l'ai allaité pendant 8 mois. Il a aujourd'hui 2 ans. Je profite le plus possible de lui et je sais que c'est un bébé miracle (les médecins me l'ont dit), un bébé d'amour, un bébé tant attendu. je n'en aurai sans doute jamais d'autre.

Dorothée

Posté par aufildesjours à 12:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
27 janvier 2010

2 grossesses inattendues

L'histoire (surprenante) de Quentin ,16 ans

J'ai eu un parcours de "femme" sans règles, donc pas d'ovulation...avec aucune explication "technique" pour la médecine. Après quelques années de médicaments, sans réussite, j'ai décide d'abandonner.
Je change de boulot en mai ou l'on m'embauche un petit peu parce que je n'ai pas d'enfant (création de 4 résidences vacances). 3 semaines après on m'autorise a prendre un we prolonge en Italie...
Septembre arrive, date anniversaire des examens et après 3 rendez-vous annulés ma collègue/amie me pousse à y aller...

Visite et discussion sur une éventuelle reprise des médocs : refus, pleurs, mon gyneco insiste pour une écho....Sa tête change de couleur, j'imagine un truc grave (tumeur, maladie) et là il me montre une image que j'imagine être son fond d'écran....
Un foetus de 4 mois et 3 semaines.......on remonte dans le temps,
boulot, bien etre, UNE ovulation = UN bébé...
Je deviens la coqueluche du service, de mes collègues et même de mon patron. Je travaille jusqu'à la veille, c'est une grossesse sans problème, haptonomie, puis naissance. Après ça, un grand vide, un grand manque de grossesse mais tout est géré grâce à la joie apporté par Quentin.

L'histoire (surprenante) de Pauline, 11 ans

Puis de nouveau le néant, pas de règles, ni cycles, plus rien...de nouveau les examens : rien à comprendre.
Les années passent sans bébé, puis une nouvelle me donne un coup de grâce, une amie fraichement divorcée tombe enceinte : je ne m'en remets pas....
événement = UNE ovulation= UN bébé, Pauline est conçue....

Pauline est née dans une clinique classique allemande, tout en douceur, tout en couleur, tout en musique. Un pays où la grossesse n'est pas considéré comme une maladie et l'accouchement, le final, qui doit réussi au mieux. Des le lendemain matin les mamans déjeunent ensemble dans une pièce, on nous bichonne (douche, massage, granules, partage) 3 jours après nous rentrons à la maison avec un accompagnement à la maison de qualité.
Le 26 janvier au matin, visite en cabinet, puis en clinique : l'accouchement va se faire. J'arrive seule, papa est en manœuvre à 400km,
On m'installe en me faisant choisir la couleur de ma salle : violet, puis on me demande quelle musique je préfére. Visites régulières du personnel, puis péridurale (en bonne française). Patience, papa est sur la route (train puis auto-stop) et à 14h on me dit que Pauline est prête à sortir, il ne faut plus attendre, même pas son papa.
Deux infirmières me tiennent les jambes et Pauline après quelques poussées est "réceptionnée" le long du bras du gynéco, qui lui parle en l'appelant par son prénom, dans mes bras puis quelques photos et là son papa arrive dans uns belle blouse bleue par-dessus son treillis des plus seyants et merci encore au routier allemand pour le grand détour !!!
Un moment magique que l'arrivée de cette petite fille ,je ne sais pas si la vie du bébé a un rapport avec l'accouchement, mais Pauline est confiante dans sa vie....

35 ans à la naissance de Pauline, et depuis règles et cycles, retour en France mais pas de nouveau bébé.....
Mais tout est bien qui finit bien , 2 enfants à élever c'est pas mal !!!!

Francoise

Posté par aufildesjours à 12:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
25 janvier 2010

La naissance d'Eliott

Avec Marichéri (qui n’était pas encore Marichéri à ce moment là, nous nous sommes mariés il y a 6 mois) nous avons décidé à Noël dernier de faire un bébé… Tout est ensuite arrivé très vite, car 15 jours après l’arrêt de ma contraception, Eliott était en route… Lorsque j’ai su que j’étais enceinte, ça a été un bonheur immédiat, mais rapidement rejoint par une peur bleue de l’accouchement !!

Afin de contrer ma peur, j’ai donc soigneusement choisi ma maternité (un hôpital parisien spécialisé dans les enfants), j’ai suivi des cours de préparation à l’accouchement, et j’ai même discuté avec la psy de la maternité, afin de balayer toutes mes craintes…

Mon mari travaillant dans la restauration, il n’est pas à la maison le soir, et ma hantise était de ressentir les premières contractions le soir et de devoir l’appeler en plein service, le conduisant à laisser en plan ses casseroles et ses clients afin de m’emmener à la maternité…

Un mois avant l’accouchement, je commençais donc à parler à bébé, lui demandant d’arriver de préférence un weekend, afin que son papa soit là, et si possible après le 20 octobre, date de mon dernier cours de prépa à l’accouchement !!!! Et ça a fonctionné !!!

Le vendredi 23 octobre au soir, une fausse alerte nous conduit à la maternité...
Le dimanche 25 octobre à 10h du matin, soit 2 semaines avant ma date prévue d’accouchement, je perds les eaux, après avoir passé une très bonne nuit (merci le changement d’heure !!). N’étant pas sûre que c’était bien la perte des eaux (et ne voulant pas retourner à la mat pour rien), nous appelons la maternité, qui me conseille de venir malgré tout… Je prends le temps de me doucher, de vérifier que me valise est complète, et zou, c’est parti ! Dans la voiture, les premières contractions apparaissent, je comprends donc que c’est le moment !!!

Arrivée à 11h30 à la mat, je suis prise en charge par Capucine, une adorable sage femme. Mon col étant  déjà bien dilaté, elle me propose de m’installer en salle de travail, et de faire poser la péridurale dès que je le demanderai… Capucine, sentant que j’ai la trouille, m’aide vraiment à gérer ma peur…  Au bout d’une heure, je demande la péridurale… L’anesthésiste arrive, me la pose rapidement, et je me sens tout de suite mieux, limite « cuicui les petits oiseaux » ! Ensuite, nous attendons tranquillement avec mon mari que la dilatation complète arrive… Capucine vient me voir toute les heures, et m’indique que comme je dilate de 3 toutes les heures,  Eliott devrait arriver avant 20h… Nous en plaisantons d’ailleurs avec elle, car elle termine sa garde à 20h…

A 19h, Capucine m’indique que les choses sérieuses vont commencer… Il va falloir pousser !! Je commence donc à pousser, mais au bout de quelques minutes, Capucine se rend compte que le bébé ne descend pas, et qu’il semble bloqué dans mon bassin… Elle appelle donc un premier médecin, qui arrive avec un appareil à échographie, puis appelle un second médecin… Ils essaient apparemment de dégager bébé, mais ils n’y parviennent pas… Nous ne nous inquiétons pas outre mesure car le cœur du bébé va bien…

C’est à ce moment là qu’ils m’annoncent que je vais devoir partir au bloc, afin de subir une césarienne en urgence… Sur le coup, j’ai une montée d’angoisse, les larmes montent, et je dis à Capucine que je refuse la césarienne car mon mari n’aura pas l’autorisation de venir au bloc… Elle me rassure en me disant que mon mari sera là, j’accepte donc (je n’ai pas vraiment le choix, mais la panique nous fait parfois réagir bizarrement…).

Une fois au bloc, je constate qu’il y a 14 personnes dans la salle (contre 3 en salle de travail), et ça contribue à me faire paniquer (vraiment bizarre de compter les gens, encore une réaction dûe à l'angoisse je pense)… Heureusement, Capucine est là et m’aide toujours à gérer… Elle me dit que bébé va bien, qu’il n’y a pas souffrance fœtale, qu’il sera vite là…

Ils m’installent, font entrer mon mari déguisé en schtroumpf… En me passant de la glace sur le corps, l’anesthésiste constate que je suis encore sensible et qu’il faut me réinjecter de l’anesthésiant… Malheureusement, mon cathéter s’étant débranché durant le transfert, il faut me reposer la péridurale… Ils font donc ressortir mon mari, et me reposent la péri. Ce n’est pas évident, car il est difficile de prendre la position quand on ne sent déjà plus la moitié de son corps !! C’est donc l’aide anesthésiste qui me fait prendre la position, car je perds totalement mes moyens… Bizarrement, une fois la péri reposée, je vois Capucine sous l’horloge, il est 20h10, et je lui dis « mais vous êtes en retard, vous avez fini votre garde, rentrez chez vous !! ». Elle me dit que non, qu’elle attendra la naissance de mon bébé…

Ils font ensuite rentrer mon mari, je lui dis que j’ai peur !!! Ensuite, je ne me souviens pas de grand-chose, car j’étais anesthésiée jusqu’au cou et ils m’avaient injecté un calmant, donc tout est très flou… Je me souviens juste d’avoir entendu Eliott pleurer… Ils me l’amènent, je veux lui faire un bisou mais je n’y arrive pas à cause de l’anesthésie… Ensuite, Eliott et mon mari partent ensemble, je sombre à nouveau dans le flou, puis je pars en salle de réveil où mon mari me rejoindra une heure plus tard…

Je vois Eliott 4 heures plus tard, dans ma chambre, en compagnie de mon mari… L’équipe a pris soin de récupérer notre sac, et de l’habiller avec les vêtements que j’avais préparés pour lui (C’est idiot, mais j’avais peur qu’ils ne les trouvent pas et qu’ils l’habillent avec un pyjama de la mater…) Je passe toute la nuit avec mon bébé dans les bras, je n’arrive pas à le lâcher !!

Eliott est né à 20h40, et mon mari m’a appris ensuite qu’Eliott avait en prime le cordon autour du cou, et que la césa était donc inévitable… Après quelques jours à la maternité (à 2 dans une chambre simple, ils étaient surbookés, pas cool…), nous voici de retour à la maison avec Eliott, notre petit bébé d’amour, qui est, je dois le dire, un adorable petit cœur !!!

Pour moi, tout n’est pas totalement fini, car après quelques jours (Eliott avait 9 jours), ma cicatrice  s'est ouverte en pleine nuit, du sang plein le lit (un hématome sous la cicatrice avait lâché), l'angoisse... Allo les pompiers, direction les urgences les plus proches (2mn de camion) puis 5 semaines de soins infirmiers quotidiens à domicile !! Je pouvais à peine marcher et je ne pouvais pas porter mon bébé...Pas drôle,  mais au final, tout va bien…

Aujourd’hui, Eliott a 3 mois, et c’est un véritable amour !!!! Il fait notre bonheur à son papa et à moi !!

b_b__005Si je tenais à apporter mon témoignage, c’est surtout afin de dire aux futures mamans de s’informer sur la césarienne en urgence… Ce n’est pas toujours quelque chose de grave (comme dans mon cas), mais on n’y est pas réellement préparée, et ça peut arriver… Pour moi, cela n’avait pas été expliqué auparavant, car ma grossesse ne présentait pas de risque de césarienne, et du coup, au moment où cela s’est présenté, j’ai réellement paniqué… Heureusement, l’équipe était top et réactive, et jamais mon bébé n’a couru le moindre risque…

Je tiens également à remercier Capucine et l’anesthésiste, qui ont étés supers et grâce à qui j’ai pu accoucher de mon merveilleux petit bébé !!!

Audrey

Posté par aufildesjours à 18:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
24 janvier 2010

Accouchement de jumeaux

Jeudi 1er Décembre, 38 semaines de grossesse et 3 jours. Totalement à terme pour une naissance multiple. Je me rends à la maternité ce jeudi matin car je ne sens plus bouger le bébé qui est le plus bas. Après 1H de monitoring, verdict : il va bien. Par contre mon gynécologue a oublié de me prendre un RV avec l’anesthésiste donc….. si je venais à accoucher dans la nuit je ne pourrais bénéficier d’une péridurale! Hors de question que je reparte de là, sans mon « sésame anti-douleur » !! Après 3 heures de patience, je rencontre l’anesthésiste qui me confirme que je suis « apte » !!

Vendredi 2 Décembre 2005. 4H11 du matin, Toutes lumières allumées dans la maison. Le bébé qui doit sortir le premier a rompu sa poche des eaux. Notre ainé de 4 ans part avec son baluchon terminer sa nuit chez des voisins. Nous prenons la route de la maternité. Monitoring, capteur de contractions….. ; rien pour le moment si ce n’est une poche rompue.

10H visite de la sage femme avec une élève stagiaire qui est désignée pour m’ausculter…. rien à signaler, toujours loin des 3 cm qui me conduiront à la péridurale. Cela dit…. Je ne ressens aucune douleur pour le moment.
12H00 premières douleurs de contraction. Mon col n’est ouvert qu’à 2 pauvres centimètres. J’ai le droit à un plateau repas et même au goûter! Yes !
16H00 la sage femme en chef se décide à m’ausculter… la stagiaire est enfin relayée à son rôle d’élève ! Et……. Elle se rend compte que la poche étant percée relativement haut, le bébé ne peut appuyer sur le col, ce pourquoi ils tardent à venir. Juste 12H d’attente..
17H20 je redescends en salle de travail. La sage femme perse correctement la poche des eaux... et à 17H40 l’un des hommes qui marquera ma vie à tout jamais débarque : L’ANESTHESISTE !! Je lui annonce tout de Go que « je l’aime déjà ». Ca le fait rire !

Puis passe les heures….. 21H30, 6 pauvres cm. Nous avons décidé avec mon Mari qu’il aille récupérer notre fils chez nos voisins pour le conduire à la maison ou mon père va le garder pour la nuit. Le gynéco annonce la naissance vers 3H00 du matin. En attendant c’est ma mère qui prend la relève au bloc. Elle est toute joyeuse d’être à mes côtés !!

22H00 je sens quelque chose qui bouge « là » ! La sage-femme regarde « oh on voit la tête ! Vite appelez son gynéco » Et moi qui braille la tête dans le masque à oxygène « appelez mon mari !!!!! » Le gyncéo n’est pas loin... au restau indien du coin ou mon Homme a élu domicile le midi et le soir même. Ils étaient à une table l’un de l’autre !
Mon Mari arrive. « Poussez », je pousse de toutes mes forces… trop faciles avec la péridurale !!! je vous passe les détails…

22H20 « petit juju » naît. 2Kg650, 47cm.

La sage-femme s’apprête à le poser sur mon ventre mais le gyncéo met aussitôt du gel pour faire une échographie. Le second jumeau est toujours couché à l’horizontal tel un pacha juste sous mes seins. 3 semaines qu’il est ainsi et que je souffre en silence !

Il s’équipe de gants et…… va le chercher ! S’en suit une bataille entre le gynéco et mon bébé, ce premier essayant de le faire sortir par les pieds, le bébé se débattant. Gagnant ? le gynéco…. « gros juju » sortira bel et bien à 22H26 mais avec-.. la clavicule cassée... il fera des bonds dans son sommeil et des pleurs les 48H qui suivront l’accouchement. Après 10 jours ça va mieux, plus de séquelle.

« Gros juju » : 49cm et 3Kg110.

1_moisUn accouchement sans problème contrairement au cerclage du second mois et les 6 mois alitée… pour ce qui est des 4 années qui ont suivi…. Je ne voudrais pas affoler les futures mamans de jumeaux… pour les plus téméraires…. www.bloglatruffe.canalblog.com

Stephanie

1_an_a_4_ans

Posté par aufildesjours à 23:52 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,