Avec Marichéri (qui n’était pas encore Marichéri à ce moment là, nous nous sommes mariés il y a 6 mois) nous avons décidé à Noël dernier de faire un bébé… Tout est ensuite arrivé très vite, car 15 jours après l’arrêt de ma contraception, Eliott était en route… Lorsque j’ai su que j’étais enceinte, ça a été un bonheur immédiat, mais rapidement rejoint par une peur bleue de l’accouchement !!

Afin de contrer ma peur, j’ai donc soigneusement choisi ma maternité (un hôpital parisien spécialisé dans les enfants), j’ai suivi des cours de préparation à l’accouchement, et j’ai même discuté avec la psy de la maternité, afin de balayer toutes mes craintes…

Mon mari travaillant dans la restauration, il n’est pas à la maison le soir, et ma hantise était de ressentir les premières contractions le soir et de devoir l’appeler en plein service, le conduisant à laisser en plan ses casseroles et ses clients afin de m’emmener à la maternité…

Un mois avant l’accouchement, je commençais donc à parler à bébé, lui demandant d’arriver de préférence un weekend, afin que son papa soit là, et si possible après le 20 octobre, date de mon dernier cours de prépa à l’accouchement !!!! Et ça a fonctionné !!!

Le vendredi 23 octobre au soir, une fausse alerte nous conduit à la maternité...
Le dimanche 25 octobre à 10h du matin, soit 2 semaines avant ma date prévue d’accouchement, je perds les eaux, après avoir passé une très bonne nuit (merci le changement d’heure !!). N’étant pas sûre que c’était bien la perte des eaux (et ne voulant pas retourner à la mat pour rien), nous appelons la maternité, qui me conseille de venir malgré tout… Je prends le temps de me doucher, de vérifier que me valise est complète, et zou, c’est parti ! Dans la voiture, les premières contractions apparaissent, je comprends donc que c’est le moment !!!

Arrivée à 11h30 à la mat, je suis prise en charge par Capucine, une adorable sage femme. Mon col étant  déjà bien dilaté, elle me propose de m’installer en salle de travail, et de faire poser la péridurale dès que je le demanderai… Capucine, sentant que j’ai la trouille, m’aide vraiment à gérer ma peur…  Au bout d’une heure, je demande la péridurale… L’anesthésiste arrive, me la pose rapidement, et je me sens tout de suite mieux, limite « cuicui les petits oiseaux » ! Ensuite, nous attendons tranquillement avec mon mari que la dilatation complète arrive… Capucine vient me voir toute les heures, et m’indique que comme je dilate de 3 toutes les heures,  Eliott devrait arriver avant 20h… Nous en plaisantons d’ailleurs avec elle, car elle termine sa garde à 20h…

A 19h, Capucine m’indique que les choses sérieuses vont commencer… Il va falloir pousser !! Je commence donc à pousser, mais au bout de quelques minutes, Capucine se rend compte que le bébé ne descend pas, et qu’il semble bloqué dans mon bassin… Elle appelle donc un premier médecin, qui arrive avec un appareil à échographie, puis appelle un second médecin… Ils essaient apparemment de dégager bébé, mais ils n’y parviennent pas… Nous ne nous inquiétons pas outre mesure car le cœur du bébé va bien…

C’est à ce moment là qu’ils m’annoncent que je vais devoir partir au bloc, afin de subir une césarienne en urgence… Sur le coup, j’ai une montée d’angoisse, les larmes montent, et je dis à Capucine que je refuse la césarienne car mon mari n’aura pas l’autorisation de venir au bloc… Elle me rassure en me disant que mon mari sera là, j’accepte donc (je n’ai pas vraiment le choix, mais la panique nous fait parfois réagir bizarrement…).

Une fois au bloc, je constate qu’il y a 14 personnes dans la salle (contre 3 en salle de travail), et ça contribue à me faire paniquer (vraiment bizarre de compter les gens, encore une réaction dûe à l'angoisse je pense)… Heureusement, Capucine est là et m’aide toujours à gérer… Elle me dit que bébé va bien, qu’il n’y a pas souffrance fœtale, qu’il sera vite là…

Ils m’installent, font entrer mon mari déguisé en schtroumpf… En me passant de la glace sur le corps, l’anesthésiste constate que je suis encore sensible et qu’il faut me réinjecter de l’anesthésiant… Malheureusement, mon cathéter s’étant débranché durant le transfert, il faut me reposer la péridurale… Ils font donc ressortir mon mari, et me reposent la péri. Ce n’est pas évident, car il est difficile de prendre la position quand on ne sent déjà plus la moitié de son corps !! C’est donc l’aide anesthésiste qui me fait prendre la position, car je perds totalement mes moyens… Bizarrement, une fois la péri reposée, je vois Capucine sous l’horloge, il est 20h10, et je lui dis « mais vous êtes en retard, vous avez fini votre garde, rentrez chez vous !! ». Elle me dit que non, qu’elle attendra la naissance de mon bébé…

Ils font ensuite rentrer mon mari, je lui dis que j’ai peur !!! Ensuite, je ne me souviens pas de grand-chose, car j’étais anesthésiée jusqu’au cou et ils m’avaient injecté un calmant, donc tout est très flou… Je me souviens juste d’avoir entendu Eliott pleurer… Ils me l’amènent, je veux lui faire un bisou mais je n’y arrive pas à cause de l’anesthésie… Ensuite, Eliott et mon mari partent ensemble, je sombre à nouveau dans le flou, puis je pars en salle de réveil où mon mari me rejoindra une heure plus tard…

Je vois Eliott 4 heures plus tard, dans ma chambre, en compagnie de mon mari… L’équipe a pris soin de récupérer notre sac, et de l’habiller avec les vêtements que j’avais préparés pour lui (C’est idiot, mais j’avais peur qu’ils ne les trouvent pas et qu’ils l’habillent avec un pyjama de la mater…) Je passe toute la nuit avec mon bébé dans les bras, je n’arrive pas à le lâcher !!

Eliott est né à 20h40, et mon mari m’a appris ensuite qu’Eliott avait en prime le cordon autour du cou, et que la césa était donc inévitable… Après quelques jours à la maternité (à 2 dans une chambre simple, ils étaient surbookés, pas cool…), nous voici de retour à la maison avec Eliott, notre petit bébé d’amour, qui est, je dois le dire, un adorable petit cœur !!!

Pour moi, tout n’est pas totalement fini, car après quelques jours (Eliott avait 9 jours), ma cicatrice  s'est ouverte en pleine nuit, du sang plein le lit (un hématome sous la cicatrice avait lâché), l'angoisse... Allo les pompiers, direction les urgences les plus proches (2mn de camion) puis 5 semaines de soins infirmiers quotidiens à domicile !! Je pouvais à peine marcher et je ne pouvais pas porter mon bébé...Pas drôle,  mais au final, tout va bien…

Aujourd’hui, Eliott a 3 mois, et c’est un véritable amour !!!! Il fait notre bonheur à son papa et à moi !!

b_b__005Si je tenais à apporter mon témoignage, c’est surtout afin de dire aux futures mamans de s’informer sur la césarienne en urgence… Ce n’est pas toujours quelque chose de grave (comme dans mon cas), mais on n’y est pas réellement préparée, et ça peut arriver… Pour moi, cela n’avait pas été expliqué auparavant, car ma grossesse ne présentait pas de risque de césarienne, et du coup, au moment où cela s’est présenté, j’ai réellement paniqué… Heureusement, l’équipe était top et réactive, et jamais mon bébé n’a couru le moindre risque…

Je tiens également à remercier Capucine et l’anesthésiste, qui ont étés supers et grâce à qui j’ai pu accoucher de mon merveilleux petit bébé !!!

Audrey