Samedi 5 novembre :
afin de déclencher l’accouchement, je me lance dans le ménage et le repassage. Je me dis que si tout est prêt, cela lui donnera envie de pointer le bout de son nez !
Le papa (Nicolas) a une meilleure idée : faire une balade de plus de 2 km dans la campagne. Vers 17h30, après un avoir marché pendant un peu plus d’une heure, nous sommes de retour. Je suis tellement fatiguée, que je m’endors de 20h à 22h. Puis, impossible de dormir (tout comme les nuits précédentes). Alors, je regarde la télé tout en tricotant jusqu’à presque 3 heures du matin.

Dimanche 6 novembre :
à partir de 3 heures du matin, j’ai de drôle de sensations. Je ne dors quasiment pas de la nuit.
Vers 7h00, Nicolas se lève car il a des choses à faire à l’extérieur de la maison. Je lui demande de faire vite car je ne suis pas en forme.
Vers 9h00 : les contractions ont commencé mais ne sont pas régulières. Je me demande si mon bout’chou arrive mais reste très calme. Je me lève doucement, prend une douche, me fait un brushing.
Nous décidons de nous rendre chez ma maman qui habite à quelques minutes de la maternité et qui a pour mission de garder Angélina. Mais là, petite déception, la voiture stoppe les contractions.
Vers 13h00, je commence à être fatiguée et décide de m’allonger. Je me dis que même si je ne dors pas, il faut que je me repose. On ne sait jamais !
Vers 16h00 : les contractions reprennent. Angélina s’amuse à crier « contraction » à chaque fois que j’en ai une !
17h00 : nous commençons à noter les contractions. Elles s’accélèrent, se rapprochent puis ralentissent. Mais elles deviennent de plus en plus intenses. Je suis toujours aussi calme et détendue. Ma maman n’en revient pas !
20h30 : nous avons décidé de passer la soirée chez ma maman. Angélina va aller se coucher et nous, nous allons nous installer devant la télé pour regarder « Batman ».
Mais à 20h50, je perds du sang et nous nous rendons à la maternité.
21h00 : arrivée à la mater et prise en charge par Quaïs. L’examen gynécologique révèle que mon col est en travail ; d’où les saignements. Je peux accoucher aujourd’hui ou non ! Je reste sous monitoring pendant 30 min en salle d’examen pour évaluer les contractions. En prévision de la péridurale, il me fait une prise de sang.
21h45 : la décision est prise que je dois rester à la maternité pendant 1h30 pour voir l’évolution des contractions car pour le moment, elles sont régulières mais pas très fortes. Je passe en salle de travail et peut faire ce que je veux pendant ce laps de temps. Nous décidons d’en profiter pour regarder la télé qui se trouve dans le petit salon à quelques mètres de la chambre. Nico est ravi car il va pouvoir regarder « Batman » … mais surprise, la télé est bloquée sur Guli !! Alors, je décide qu’on aille se balader devant la maternité. La balade sera de courte durée car les contractions commencent à se faire sentir !!
23h15 : pas de retour de Quaïs et je commence à avoir mal.
Je sonne une première fois. Elodie arrive et me propose le ballon pour me soulager. Cela fait du bien mais pas très longtemps.
Je sonne une deuxième fois car je me demande si j’aurai ma péridurale !! Arrivée d’Elodie qui m’explique qu’il y a une urgence, que toute l’équipe est monopolisée et que si je devais avoir une péridurale rapidement, cela serait impossible. Je commence à m’inquiéter et les larmes montent.

Lundi 7 novembre :
vers 1h30 : visite d’une autre intervenante de l’équipe médicale qui me prévient que Quaïs a bientôt terminé et qu’il arrive. Elle me remet sous monitoring.
1h50 : Quaïs arrive et me demande s’il a le temps de prendre une petite pause en plaisantant !! Mais moi, je lui réponds que j’ai mal et que je veux ma péridurale !!!
Après un examen, direction la salle d’accouchement car tout s’est accéléré et le col est dilaté à 8. Il est temps de faire la péridurale.
2h00 : arrivée de l’anesthésiste. Il était temps car il pense que la péridurale n’aura peut-être pas le temps de faire effet. Je me rallonge et là, je me sens mal. Je commence à avoir envie de vomir et devient toute blanche. Mais, je me remets vite.
Après 30 minutes pour poser la péridurale, l’anesthésiste (Ali) me prévient qu’elle commence à faire effet mais qu’il faut attendre encore 30 min pour qu’elle me soulage. Tout est programmé pour 1h30 et ensuite, ce sera à moi de déclencher la dose grâce à la pompe que je garde précieusement en main !
Mais, grande chance pour moi, je fais partie des personnes sensibles et la péridurale me soulage immédiatement.
On surveille le cœur de Gabriel car il n’aime pas les contractions.
2h30 : je suis bien et demande à Quaïs quand il pense que je vais accoucher. Il me dit entre 2 et 6 h, tout dépend de la poche des eaux et que lui ne la percera pas car il préfère que tout se fasse naturellement. Il plaisante et nous dit qu’en attendant, il va aller manger !
2h40 : aussitôt dit, aussitôt fait, la poche des eaux se rompt. Nous appelons et Elodie arrive. Elle confirme que c’est bien la poche des eaux. Maintenant, il nous reste plus qu’à attendre … mais pas longtemps. Car à peine 5 minutes plus tard, je sens la tête arrivée. Nico sort de la salle d’accouchement pour aller chercher quelqu’un. Elodie arrive, regarde et confirme. Elle appelle tout de suite Quaïs qui me dit qu’il n’a pas eu le temps de manger et que bébé a beaucoup de cheveux !! Tout le monde est étonné de la vitesse à laquelle Gabriel arrive.
Il est temps de s’installer et de pousser. Au début, je n’y arrive pas. Certainement dû au fait que nous sommes en pleine nuit, que je suis fatiguée et que la péridurale est très efficace !!
Et puis, après avoir été très bien conseillée, c’est parti. Je suis super opérationnelle et à 3h20, Gabriel nait.
A la seconde où je le vois, mon cœur fond et les larmes montent. Tout comme pour Angélina, mes premiers mots sont « il est magnifique ». Lorsqu’Angélina verra son frère pour la première fois, elle dira « oh ! il est trop mignon ! ».
Quelques instants plus tard, l’anesthésiste revient et demande si la péridurale fait effet, si je vais bien et s’il peut aller se reposer. Quaïs lui répond que tout va bien et que le bébé est déjà né. Il n’en revient pas.
Conclusion de l’équipe : je suis faite pour avoir des enfants et elle est toujours étonnée de la vitesse à laquelle tout s’est accéléré.

Je garde de mon accouchement un merveilleux souvenir grâce à cette formidable équipe. Je ne pourrai jamais assez remercier Quaïs, Elodie, Sophie et Ali.
Je dois avouer que j’ai toujours eu un doute sur la compétence d’un homme en tant que sage-femme. Mais, là, je suis bluffée. Quaïs a été tout simplement parfait ; rassurant, compétent, adorable, il a vraiment trouvé sa voie.
Alors, si dans quelques années, je devais avoir un autre enfant, j’espère bien que ce sera lui qui sera présent !

Leslie